Accueil
Actualité
Catalogue
A paraître
Blog des ELS La Revue Littéraire
TV6



jeudi 27 février 2014

2175. "Mon numéro dans le désordre" de Guillaume Fédou par Cyril Montana dans SERVICE LITTÉRAIRE

Dans le n70 de Service littéraire, le mensuel exclusivement rédigé par des écrivains, le romancier Cyril Montana écrit sur Mon numéro dans le désordre de Guillaume Fédou:

Un Fransquillon à New York

Une immersion hallucinante et teigneuse en plein 11 septembre 2001

On connaissait Guillaume Fédou chanteur, celui de l'apocalypse sur son clavier aux sonorités nineties, ses paroles entre Bashung et Daho « son cÅ“ur près des vestiaires… », « Il rêve la nuit de prendre Rome… ». Et quand il prend la plume, c'est pour publier son premier roman aux Éditions Léo Schcer : Mon numéro dans le désordre. Il y est question d'un voyage à New York avec une mère dépressive, que ce trip outre-Atlantique est censé faire décrocher d'une dépendance alcoolo médicamenteuse. Avant le grand départ, on y croise les soirées arrosées des branchouilles parisiens, de Kenzo, en passant par Technikart aux soirées open bar, dont notre personnage principal, Arthur Ganate (nom célinien), journaliste de mode, nous donne une définition que Bukowski en personne n'aurait pas reniée, pas plus que Gainsbourg d'ailleurs : « Un open bar c'est un véritable rêve d'enfants. On boit au goulot de la grande corne d'abondance d'un monde qui n'a plus personne au bout du fil… » Un vol outre-Atlantique en classe tempo, qui comprend à son bord un « hindou, une star des année 80, un paysans d'Europe centrale, des chinois en goguette, un obsédé sexuel, et lui donc accompagné de sa maman, et en avant pour… New York, mégapole pour mégalos, vous considérant tantôt comme un détritus, tantôt comme la personne la plus importante du monde, c'est-à-dire un client… » Tout en empêchant sa mère nostalgique de replonger à pic dans une bonne Bud, Guillaume disserte sur les trente glorieuses, les sÅ“urs Williams à l'US Open de tennis en passant de David Bowie à William Blake et tant d'autres jusqu'à ce que sa mère disparaisse sans un rond en poche dans la ville, puis qu'il la retrouve, et qu'elle veuille s'enfuir par la fenêtre arrière du taxi Saab dans lequel ils viennent de s'engueuler. Quand il la retrouve, c'est pour concocter fissa un cocktail survitaminé dans une sorte d'« hypermarché-pharmacie », et parler avec elle de la Compagnie Créole, des Daft Punk, de Jean-Marie Messier, de Frankeinstein Junior de mel Brooks, quand tout à coup : « Jesus Fucking Christ !... Oh ! My God fucking hell !... Suicide attack !... America's getting down !... Son of a bitch !... Fuck ! Fuck !... Oh fuck !... That's all right Mama… » Nous sommes le 11 septembre 2001, rien ne va plus… Mais cela n'empêchera pas notre héros de nous emmener dans des divagations, où l'on entendra parler aussi bien de Ian Curtis, de Robert Smith, Cézanne, Andy Warhol, Ann Temkin l'actuelle curator du Moma, etc. Sacré Arthur.

Cyril Montana, février 2014

mardi 25 février 2014

2174. "Mon numéro dans le désordre" de Guillaume Fédou par Raphaëlle Leyris dans LE MONDE DES LIVRES

A l'occasion d'un dossier consacré à la place que tiennent les Etats-Unis dans la littérature française contemporaine, Raphaëlle Leyris parle du premier roman de Guillaume Fédou, sur fond de 11 septembre et de french touch 1.0:

Même les jeunes branchés n'arrivent pas tout à fait à jouer les blasés face à New York. C'est là qu'Arthur Ganate - oui, comme le carabin qui fait parler Bardamu au début de Voyage au bout de la nuit - entraîne sa mère, alcoolique et dépressive, dans les premiers jours de septembre 2001. Un voyage que la famille Ganate avait prévu de faire au grand complet, du temps où le père n'avait pas encore quitté la mère, et que des indemnités de licenciement permettent à Arthur de financer, histoire de changer les idées de sa "Mama" adorée et ingérable, loin de la France, "ce pays de Twingo et de bergers allemands". Entre deux sueurs froides causées par les incartades maternelles, Arthur promène à travers Manhattan ses Converse montantes, son indolence et ses théories sur le monde balancées à coups de bons mots. Le 11 septembre, il est aux premières loges pour assister à l'attentat contre le World Trade Center; il regarde pourtant la télévision afin d'être sr que l'événement est d'importance, sans réussir à tout à fait s'en convaincre. Du moins au début… Enfant des années 1980 - jusque dans la manie publicitaire de la formule -, le chanteur Guillaume Fédou signe, à 40 ans, un premier roman générationnel, qui se place sous la double influence de Brett Easton Ellis et de Woody Allen, mais ne masque pas une pointe d'accent girondin."

Raphaëlle Leyris le 31 janvier 2014

mardi 18 février 2014

2173. Claire Guézengar par Raphaëlle Leyris pour LE MONDE

Mort à 41 ans de la romancière Claire Guezengar

Dans les ultimes lignes de Soins intensifs dandy, son dernier livre (Léo Scheer, Laureli, 2012), Claire Guezengar faisait le constat que souvent, les écrivains meurent « à 77 ans » : « finalement, tout va bien », concluait-elle. Mais cette auteure de trois romans courts et marquants, née en 1972 à Lesneven (Finistère) s'est éteinte le samedi 15 février à 41 ans, à Roscoff (Finistère) des suites d'une longue maladie.

Celle qu'elle avait dissimulée derrière un grand sourire rouge vif dans Soins intensifs dandy , un livre dont la narratrice, entrant, comprenait-on, à l'hôpital, prétendait intégrer un établissement d'excellence afin de recevoir une formation de « dandy ». «

« JE SORS MON ROUGE À LÈVRES »

"Au bord du précipice, je sors mon rouge à lèvres et je procède à une ultime retouche de maquillage", écrivait-elle dans ce roman d'une drôlerie, d'un culot et d'une vitalité épatants, où elle organisait la rencontre de Charles Baudelaire, Jules Barbey d'Aurevilly et Edie Sedgwick au dessus d'un lit d'hôpital.

Aimant faire dialoguer la littérature, les arts plastiques et la musique, elle mélangeait avec humour et maîtrise des thématiques et des formes qu'on n'aurait pas imaginer fonctionner si bien ensemble : son premier roman, Ouestern (Leo Scheer Laureli, 2007), empruntait au fameux genre américain pour raconter le duel à l'Å“uvre dans une famille bretonne à propos d'une propriété au bord de la mer. Le deuxième, Sister Sourire, une pure tragédie,(2009) se voulait la « biographie fictionnelle et véridique » de la chanteuse à cornette du fameux tube « Dominique-nique-nique ».

Critique d'art et commissaire d'exposition, maître de conférences à l'école de paysages de Versailles, Claire Guezengar avait également participé à deux ouvrages collectifs : un manifeste et « pamphlet musical » Ralbum, (Leo Scheer Laureli, 2008), célébration par des écrivains et des musiciens des 40 ans de mai 68, ainsi qu'à un guide littéraire des séries (''Ecrivains en série, Léo Scheer, Laureli'', 2009) .

Raphaëlle Leyris, le 17 février 2014

dimanche 16 février 2014

2172. Nathalie Rheims, invitée de Roselyne Fayard dans l'émission "Les hommes et les femmes mode d'emploi" sur la Radio Télévision Suisse

Dans les affres de l'amour avec Nathalie Rheims

Maladie d'amour aux Editions Léo Scheer est le 15e roman de Nathalie Rheims.

Dans ce livre elle explore les différentes facettes d'un trio amoureux qu'elle traite à la manière d'un thriller tout en essayant de répondre à cette question: "Quelle est la frontière entre la passion amoureuse et la folie" ?

Roselyne Fayard pour son excellente émission à la TSR le 15 février 2014.

À écouter, absolument, c'est probablement, le meilleur entretien jusqu'à présent sur ce livre qui rencontre, enfin, une sacrée lectrice. Ça bouge du côté de la Suisse!

Écouter l'émission

jeudi 13 février 2014

2171. Maladie d'amour de Nathalie Rheims par Gilles Pudlowski pour LE POINT

Jusqu'où mène l'amour

Comédienne ratée et amante malheureuse, Alice croit rencontrer l'amour de sa vie en la personne du Dr Daniel Costes, chirurgien esthétique à succès. Elle raconte tout à Camille, sa meilleure amie. Parfaitement, ce beau médecin est prêt à sacrifier pour elle sa vie de famille bien réglée et sa femme, apparemment idéale. Et pourtant, quelque chose ne sonne pas très cristallin dans le récit d'Alice. Des contradictions saillent.

Camille se lance dans une enquête. D'autant que, parallèlement, Ferdinand, le fils du Dr Costes, joue au thétre de son lycée « le jeu de l'amour et du hasard », de Marivaux. Fiction et réalité se mêlent avec malice et beaucoup plus que cela… Car l'on connaît Nathalie Rheims, la reine des faux-semblants, narrant ici en enquêtrice experte cette histoire d'amour fou non partagé qui va peu à peu basculer dans le délire érotomaniaque.

Il y a du clin d'Å“il aux feuilletons du XIXe siècle, avec ces titres intercalés entre les chapitres (« Alice dans l'appartement des Costes », « Alice, solitude et désÅ“uvrement »…), mais aussi une satire mordante de la société d'aujourd'hui, où les rendez-vous pour se faire refaire les seins tiennent lieu de Saint-Graal, et où le désir, toujours lancinant, ne s'étanche jamais. Son art du récit à suspense fait merveille. On suit l'héroïne malheureuse et ses silhouettes amies jusqu'à l'issue finale. C'est diaboliquement troussé. Du Boileau-Narcejac à la sauce romantique.

Gilles Pudlowski, le 13 février 2014

2170. Les nouveaux émiles de Gab la Rafale de Gabriel Matzneff par Thierry Clermont pour LE FIGARO LITTÉRAIRE

L'Anxieux Insouciant

Gabriel Matzneff Le romancier et diariste livre le second volume de ses courriels choisis. Décoiffant.

En 2010, dans le premier volume de ses e-mails, rebaptisés affectueusement « émiles », Matzneff nous offrait une autre facette de sa personnalité mise en lumière par l'électronique : « un genre nouveau (…) stimulant, car favorable à de brusques variations de thème, de ton, de registre que, depuis mes premiers balbutiements de plume, j'ai toujours affectionnées. » Tout est dit : on est là dans la variation narrative d'un « je » autour duquel gravitent de nombreux personnages illustres ou intimes de l'auteur d'Ivre du vin perdu.Et peut-être davantage dans ce second volume (allant du début 2010 à l'été 2013), qu'on serait tenté de dire sismographique. Au fil de ces quelques 200 pages bien choisies, on badaude en compagnie d'un de ces derniers réfractaires, ardent partisan de la liberté de penser et de vivre. Croit-on connaître l'homme, celui des journaux intimes ? On se trompe. Matzneff, surnommé Gab la Rafale par ses copains de régiment, déroute, charme avec tendresse ou humour, se dévoile, s'emporte, s'épanche parfois, jamais dans le sens du vent, mais toujours sous la bonne étoile du destin : amor fati est bel et bien sa devise. Ainsi, lorsqu'il confie : « J'ai toujours vécu au jour le jour, et toujours eu foi en ma bonne étoile. Je suis un anxieux, mais un anxieux insouciant, et donc l'avenir ne me fait pas peur. Si je n'étais pas écrivain, je serais gigolo, mais l'un n'empêche pas l'autre. » Bien entendu, il y a les amies, amantes et ex (Géraldine, Gilda, Véronique, Claire…), les séjours en Italie, l'évocation de Giacomo Casanova, qu'il connaît funditus, l'archimandrite Syméon, son admiration, sa dévotion redite pour les journaux de Stendhal et de Gide, la correspondance de Flaubert et de Byron, un amour inconditionnel pour Tintin. Il y a tout cela et bien d'autres choses.

« Mea culpa »

L'actualité lui fournit l'occasion de répandre son fiel. Le brillant chroniqueur de feu Combat n'a rien perdu de sa verve. En 2011, il peste contre « la boucherie abjecte que fut l'assassinat de Khadafi et plus encore par le lche, indécent enthousiasme avec lequel la presse française l'accueille ». Le mariage homosexuel excite son ironie mordante, étrillant aussi bien les « abrutis » défenseurs de la famille que « les cavaliers de la jaquette » : « La lubie qu'ont les homos d'acquérir ce suprême signe de la respectabilité bourgeoise qu'est le mariage me fait rire. » L'auteur de L'Archange aux pieds fourchus se penche ici ou là sur son passé, revient sur son amitié avec François Mitterrand, née en 1965, l'année de son premier opus, Le Défi. Ce qui lui donne l'occasion de s'insurger contre l'élection au suffrage universel du président de la République et de la traiter le locataire de l'Élysée de « tourte molle ». On relèvera également quelques sonnantes fulgurances. Ainsi : « un écrivain, c'est une sensibilité modelée par une écriture, un univers soutenu par un style. » Ce qui lui va comme un gant. Pour autant, ses emportements et ses enthousiasmes n'excluent pas l'extrême lucidité. Voir son mea culpa : « j'ai tant de choses à me faire pardonner, je me suis si mal conduit, non certes par froide méchanceté, mais par égoïsme , inconscience et, disons le mot, bétise, avec les êtres que j'ai le plus aimés. » Souvenirs d'égotiste, comme disait Beyle le Milanais.

Thierry Clermont le 13 février 2014

mercredi 12 février 2014

2169. Nathalie RHEIMS, dédicace, FNAC Saint Lazare, mercredi 12 février 2014, 18h.

C'est annoncé dans l'Agenda de 20 Minutes, Nathalie RHEIMS sera ce soir, 18h, pour une dédicace de Maladie d'amour, à la FNAC Saint Lazare (Forum de rencontre), Passage du Havre, 109, rue Saint Lazare, Paris 9e, M Saint-Lazare, en face de la gare. Venez nombreux, les ELS seront là.

2168. Se reconnaître libéral, serait-ce un gros mot ? par Jean NOUAILHAC pour LE POINT.fr

En attendant Libéral de Laurent DOMINATI le 7 mai 2014 aux ELS, on peut lire cet article sur le meilleur site d'information actuel (LE POINT.fr) un article sur ce sujet qui va devenir de plus en plus important dans les prochaines échéances électorales.

François Hollande a admis que seules les entreprises créent des emplois, mais il a encore beaucoup de chemin à faire avant de se déclarer "libéral" !

Lire la suite

2167. Maladie d'amour de Nathalie Rheims pour la Saint Valentin par Lucie sur Entrée Livre

Le CÅ“ur, sculpture de Niki de Saint Phalle. (Le groupe des "Nouveaux Réalistes")

Sur la couverture de Maladie d'amour, j'ai voulu rendre hommage au génie de cette grande artiste passionnée, Niki de Saint Phalle, épouse de Jean Tinguely. L'amour fou, comme le symbolise cette sculpture, est un des thèmes majeurs de son immense oeuvre qui se déroule dans l'espace comme une lettre géante dédiée à la folie créatrice.

Nathalie Rheims

Regardez la sélection de Lucie pour la fête des amoureux le vendredi 14 février 2014.

samedi 8 février 2014

2165. Nathalie Rheims, Invitée par Arnaud Laporte de la Dispute de la semaine sur France Culture





jeudi 6 février 2014

2164. Signature de Guillaume Fédou à la librairie Libres Champs le jeudi 6 février

A l'occasion de la sortie de son premier roman, Mon numéro dans le désordre, Guillaume Fédou nous convie à le rencontrer à la librairie Libres Champs, 18 rue Le Verrier, 75006 Paris. Métro Vavin et Port-Royal, à partir de 19h, le jeudi 6 février 2014.

Archives Syndication
juillet 2017 (174)
juin 2017 (187)
mai 2017 (155)
février 2017 (186)
janvier 2017 (253)
décembre 2016 (179)
octobre 2016 (205)
septembre 2016 (240)
août 2016 (211)
juillet 2016 (174)
juin 2016 (187)
mai 2016 (155)
avril 2016 (117)
mars 2016 (202)
février 2016 (186)
janvier 2016 (253)
décembre 2015 (179)
novembre 2015 (199)
octobre 2015 (205)
septembre 2015 (240)
août 2015 (211)
juillet 2015 (174)
juin 2015 (187)
mai 2015 (155)
avril 2015 (117)
mars 2015 (202)
février 2015 (186)
janvier 2015 (253)
décembre 2014 (179)
novembre 2014 (199)
octobre 2014 (205)
septembre 2014 (240)
août 2014 (211)
juillet 2014 (174)
juin 2014 (187)
mai 2014 (155)
avril 2014 (117)
mars 2014 (202)
février 2014 (186)
janvier 2014 (253)
décembre 2013 (179)
novembre 2013 (199)
octobre 2013 (205)
septembre 2013 (240)
août 2013 (211)
juillet 2013 (174)
juin 2013 (187)
mai 2013 (155)
avril 2013 (117)
mars 2013 (202)
février 2013 (186)
janvier 2013 (253)
décembre 2012 (179)
novembre 2012 (199)
octobre 2012 (205)
septembre 2012 (240)
août 2012 (211)
juillet 2012 (174)
juin 2012 (187)
mai 2012 (155)
avril 2012 (117)
mars 2012 (202)
février 2012 (186)
janvier 2012 (253)
décembre 2011 (179)
novembre 2011 (199)
octobre 2011 (205)
septembre 2011 (240)
août 2011 (211)
juillet 2011 (174)
juin 2011 (187)
mai 2011 (155)
avril 2011 (117)
mars 2011 (202)
février 2011 (186)
janvier 2011 (253)
décembre 2010 (179)
novembre 2010 (199)
octobre 2010 (205)
septembre 2010 (240)
août 2010 (211)
juillet 2010 (174)
juin 2010 (187)
mai 2010 (155)
avril 2010 (117)
mars 2010 (202)
février 2010 (186)
janvier 2010 (253)
décembre 2009 (179)
novembre 2009 (199)
octobre 2009 (205)
septembre 2009 (240)
août 2009 (211)
juillet 2009 (174)
juin 2009 (187)
mai 2009 (155)
avril 2009 (117)
mars 2009 (202)
février 2009 (186)
janvier 2009 (253)
décembre 2008 (179)
novembre 2008 (199)
octobre 2008 (205)
septembre 2008 (240)
août 2008 (211)
juillet 2008 (174)
juin 2008 (187)
mai 2008 (155)
avril 2008 (117)
mars 2008 (202)
février 2008 (186)
janvier 2008 (253)
décembre 2007 (179)
novembre 2007 (199)
octobre 2007 (205)
septembre 2007 (240)
août 2007 (211)
juillet 2007 (174)
juin 2007 (187)
fil rss
fil rss commentaires



Copyright
Top