« Maladie d'amour » Editions Léo Scheer.

Rencontre chez Doucet jeudi 10 avril à 17 heures.

Librairie Doucet ' 66 avenue du Général de Gaulle - 72000 Le Mans

« L'amour fou peut mener loin »

La romancière Nathalie Rheims présente chez Doucet un roman troublant sur l'amour à la folie. Chez Nathalie Rheims, le fil est ténu entre l'amour fou et l'amour jusqu'à la folie.

Le Maine Libre : On a beaucoup évoqué l'érotomanie au sujet de ce roman. A quel moment l'amour fou peut-il basculer vers une folie de l'amour ?

Nathalie Rheims : Alice est-elle érotomane ? Rien n'est s?ur. Le doute subsiste. J'ai voulu écrire un roman sur l'invention de l'amour, ce qui est propre à chacun. Entre l'amour fou, capable de nous entraîner sur des chemins qu'on ne soupçonnait pas, et la folie, la frontière est ténue. Par amour, la personne la plus raisonnable peut basculer vers des actes complètement irrationnels.

L.M.L. Vous mettez en scène trois femmes qui incarnent trois versions de l'amour ou du couple

N.R Alice est une jolie célibataire, amoureuse folle du Dr Costes, un chirurgien esthétique qu'elle n'a vu une seule fois et dont elle est persuadée qu'il l'aime aussi. A écouter les aventures romanesques d'Alice, Camille sa meilleure amie, vit la folie amoureuse par procuration. L'épouse sage et sans histoire réalise qu'elle n'est peut-être pas si vivante que cela. Pour la première fois, elle s'interroge. Enfin, Béatrice, l'épouse de Costes, incarne la femme qui a renoncé à sa vie au profit de la carrière de son mari.

LML Comment peut-on prêter des sentiments amoureux à un parfait inconnu ?

NR Quelqu'un en état de grande fragilité peut interpréter un geste, un regard. De plus Costes est chirurgien esthétique. Son regard professionnel sur les femmes va déjà au-delà des limites ordinaires. Ca peut être interprété comme une arme de séduction. Je voulais qu'Alice soit très belle pour créer ce trouble chez le lecteur. Pourquoi un homme refuserait- il les avances d'une si jolie femme ? Costes est un homme totem, d'autant plus attirant qu'il a le pouvoir d'embellir les femmes.

LML Vous jouez sur l'ambiguïté des personnages

NR J'aime le doute qui s'insinue chez Camille face à l'histoire d'amour d'Alice. Jusque-là elle a toujours pris pour argent comptant ce que son amie lui racontait. Face à Costes, elle ne sait plus. Dans cette histoire, tout le monde dit vrai et ment en même temps. Comme nous tous. J'avais envie d'écrire un thriller, sans abandonner le côté personnel. Je me cache en Alice et en Camilleâ?¦

LML En amour, faut-il connaître la vérité à tout prix ?

NR Mon père me disait au sujet des hommes : « ''Ne cherche jamais parce que si tu cherches, tu trouveras'' ». Cette leçon m'a convenu. Je préfère être la ravie de la crèche plutôt que l'inquisitrice. De plus, personne n'appartient à personne.

LML Avez-vous des projets au cinéma ?

NR Bien plus modeste que celle de Claude Berri qui fut mon compagnon, ma société de production est une petite structure. Ce qui m'intéresse, c'est aider les écrivains à réaliser leur film. Après Saphia Azzedine, je vais produire le premier film de Camille Laurens adapté de son livre « Dans ces bras-là », avec Elsa Zilberstein. Par ailleurs les droits de « ''Maladie d'amour'' » ont été vendus pour le cinémaâ?¦ mais je n'interviendrai pas. Enfin, je prépare un beau livre sur le cimetière du Père Lachaise. Avec mon père, nous y allions souvent le dimanche.