L'amour à la Comédie-Française

Dans «'Place Colette'», Nathalie Rheims se confie avec plus ou moins de bonheur sur son premier amour et sa découverte passionnée du thé?tre.

Nathalie Rheims dévoile dans «'Place Colette'» son double amour pour les planches et un acteur du Français à travers une autobiographie fluide qui aurait mérité de s'attarder davantage sur sa passion du thé?tre.

Pour tout amateur de thé?tre qui se respecte, la Place Colette évoque la maison de Molière, la Comédie-Française. Avec un titre pareil, la prolifique Nathalie Rheims semble promettre en germe une incursion dans le cercle fermé des happy few thé?traux. Pourtant, ce «'roman vrai'» (une autobiographie en somme) s'attache à décortiquer dans ses moindre détails la passion de la jeune fille de douze ans succombant aux charmes d'un certain Pierre, de trente ans son aîné et sociétaire au Français. Le coup de foudre, au départ unilatéral, semble-t-il, s'abat lors du traditionnel séjour estival de la famille Rheims dans un village corse, Saint-Florent. Cette première rencontre littéraire et amoureuse s'effectue sous l'égide de Molière et de sa fameuse «'École des femmes'» ; Nathalie se métamorphose en Agnès ingénue des années 70 qui ignore encore tout des tourments et des délices de l'amour.

Après avoir passé trois ans cloîtrée dans une prison de pl?tre suite à une erreur de diagnostic, la jeune Nathalie débarque dans un monde inconnu, à la fois effrayant et excitant : celui de la découverte amoureuse. Double roman d'apprentissage, «'Place Colette'» imbrique l'initiation sexuelle de la gamine inexpérimentée et la confirmation farouche de sa volonté de devenir actrice. Les confidences crues et abondantes de Nathalie Rheims sur son dépucelage progressif évoquent du sous-Nabokov et se complaisent dans des descriptions prolixes et répétitives. Le style fluide de la romancière occasionne une lecture agréable malgré un développement trop gourmand sur cette relation interdite. Les épisodes relatifs aux rapports compliqués avec sa famille (des parents absorbés dans leur relation extra-conjugale et leurs ambitions personnelles, des frères et soeurs brillants et indifférents, un cadre mondain respirant l'artifice et l'arrogance) se révèlent par ailleurs bien plus percutants et paradoxalement plus personnels que cette histoire à l'eau-de-rose pimentée de passages osés.

Dans les coulisses du thé?tre

«'Place Colette'» s'envole lorsque Nathalie Rheims évoque son lien avec le thé?tre. Sa fringale des grands classiques et sa mémoire d'éléphant l'amènent naturellement à vouloir embrasser la carrière de comédienne. Son amour pour Pierre n'est évidemment pas étranger à ce désir ardent de br?ler les planches : ses premiers cours de thé?tre pris chez Chantal, la voisine du dessus de sa copine Isabelle, rousse précoce et pleine d'initiative, cimentent cette double épiphanie. «'Le thé?tre était fait pour moi, j'en avais désormais la certitude. Une porte s'ouvrait ; si je savais la franchir, je pourrais partager quelque chose d'essentiel avec Pierre, faire un pas vers lui pour essayer de vivre dans son monde, peut-être même en faire partie.'», écrit-elle. Les multiples allers-retours en catimini entre son appartement bourgeois de La Madeleine et la loge de Pierre créent une connexion spatiale entre la sphère de l'enfance et le monde sulfureux de l'adolescence tout en renforçant son admiration pour l'univers feutré et grandiose du thé?tre. Phèdre, Elvire, Roxane ou Ondine, Nathalie se montrera de plus en plus audacieuse avec son premier amour.

Au fil des pages, on croise Isabelle Adjani, Robert Hirsch ou Michel Aumont ... Autant de légendes vivantes brièvement convoquées mais dont la mention suffit à faire plaisir aux amateurs de thé?tre. Le dernier quart du roman marque une rupture en se centrant exclusivement sur la trajectoire artistique de Nathalie. Son entrée dans la profession s'accompagne d'anecdotes savoureuses et l'emploi de la première personne accentue l'empathie ressentie pour cette jeune prodige au talent confirmé par Jean Périmony ou Michel Favory. De ses auditions pour l'ENSATT de la rue Blanche en passant par ses premiers rôles dans «'Tartuffe'» monté par la directrice du Thé?tre Montansier, Marcelle Tassencourt ou «'Volpone'» dirigé par Jean Le Poulain, sans oublier les échanges partagés avec Maria Casarès dans une pièce mise en scène par Jorge Lavelli, Nathalie Rheims nous plonge avec sincérité dans les angoisses et les exaltations d'une apprentie comédienne qui aspire à se révéler au contact des plus grands. Ces pépites thé?trales auraient sans doute mérité un traitement plus approfondi, quitte à tailler dans les péripéties amoureuses salées entre la «'petite fille'» et le pseudo Humbert-Humbert.

Thomas Ngo-Hong-Roche