Nathalie Rheims Des premiers émois amoureux à la passion pour le thé?tre.

Dans le monde des lettres, Nathalie Rheims a une place à part, pour ne pas dire à côté. Une voix singulière. Un regard qui aime la distance. Son nouveau roman pourrait avoir un parfum de scandale avec cette Lolita qui fête ses treize ans et tombe amoureuse d'un sociétaire de la Comédie-Française de trente ans son ainé. Tous les ingrédients pour choquer; la jeune fille, introvertie et solitaire, se fait franchement aguicheuse; elle a l'audace des timides en décidant d'entrer dans la loge du comédien; et elle n'a pas froid aux yeux en lui proposant d'être son cadeau d'anniversaire. La narratrice dit elle-même qu'elle aurait pu titrer cette expérience Détournement de majeurâ?¦ Tout pour un scandale. Mais comment expliquer que ce récit d'une sensibilité extrême ne franchisse jamais la ligne jaune, même dans les passages les plus osés? Parce que les mots, les phrases, tout le roman de Nathalie Rheims, parlent, en vérité, d'autre chose. L'essentiel est ailleurs. Dans ce livre nécessaire, notre Lolita ne tombe pas amoureuse d'un homme, elle est passionnément attirée par le thé?tre. Sa vraie, son unique passion.

Des "parents spectres"

Place Colette évoque aussi une enfance martyrisée, dans son corps et dans son ?me. Suite à une erreur de diagnostic, la fille de neuf ans va vivre trois années infernales dans un corset de pl?tre, emprisonnée dans un sarcophage. Son existence est rythmée par des allers et retours entre son appartement et l'Hôpital des enfants malades. La cortisone la fait grossir, elle est pleine de malaises. Et ce qui ajoute à la souffrance, peut être même cela est-il plus douloureux encore, ce sont les mots blessants de sa mère et de la maîtresse de son père. Des "parents spectres". Ni le décor somptueux de la Corse, ni la compagnie de personnalités n'apportent de réconfort - son père, célèbre commissaire-priseur et grand spécialiste de l'art, postule à l'Académie française, qu'il intègre en 1976. On croise la fine fleur de la république des lettres: Paul Morand, Jean d'Ormesson, Maurice Druon, Michel Mohrt, Marcel Achard, Maurice Genevoixâ?¦ Mais la petite fille préfère la compagnie des livres et des grandes pièces, qu'elle apprend par coeur. Heureusement, une amie de sa grand-mère médecin, "spécialiste mondiale des puces", l'aide à guérir. Miracle, en trois mois, elle est chancelante, mais debout. Et devient un joli bout de femme. Pierre, le sociétaire de la Comédie-Française, ne résiste pas longtemps. La vie peut enfin commencer. Éa démarre par un voyage en train de Saint-Florent à Ajaccio pour voir le comédien jouer L'Aiglon. Et ça ne s'arrêtera plus jamais. La petite fille corsetée par le pl?tre s'épanouit sur les planches - moment de gr?ce quand elle a le bonheur de jouer avec Maria Casarès dans une pièce mise en scène par Jorge Lavelli. Elle a alors dix-sept ans. C'est à ce moment-là qu'elle comprend que son véritable amour est le thé?tre. Pierre, aussi, le comprendra.

Mohammed Aïssaoui, Le Figaro, le 03 décembre 2015