Accueil
Actualité
Catalogue
A paraître
Blog des ELS La Revue Littéraire
TV6



vendredi 26 février 2016

2358. "Les Tribulations d'Arthur Show" de Thomas Lélu, dans le Ping Pong sur FRANCE CULTURE

jeudi 25 février 2016

2357. Place Colette de Nathalie Rheims dans la première sélection du PRIX JEAN-JACQUES ROUSSEAU.

La sélection pour le 7ème prix Jean-Jacques ROUSSEAU de l'autobiographie qui sera décerné en mai 2016.

  • Sylvie Girard-Sisakoun : Une affaire rondement menée (L'Harmattan)
  • Emmanuelle Richard : Pour la peau (L'Olivier)
  • Michka Assayas : Un autre monde (Payot Rivages)
  • Jean d'Ormesson : Je dirai malgré tout que ce fut une belle vie (Gallimard)
  • Jean-Louis Fournier : Ma mère du nord (Stock)
  • Nathalie Rheims : Place Colette (Leo Scheer)
  • Jean-Michel Ribes : Mille et un morceaux (L'Iconoclaste)
  • Gérard Lefort : Les amygdales (L'Olivier)
  • Marie-Hélène Prouteau : La petite plage (La Part Commune)
  • Sorj Chalandon : Profession du père (Grasset)
  • Michel Jeury : Carnets chronolytiques (PUB)

Le Jury du Prix Jean-Jacques Rousseau

Le Jury du Prix Jean-Jacques Rousseau de l'autobiographie représente une synthèse du monde littéraire sur ses différentes facettes de création, d'édition, de critique, et de conseil, ainsi que du monde éducatif.

  • André Mir, fondateur du prix, président de l'association, professeur d'anglais.
  • Romain Estorc, cofondateur du prix, secrétaire de l'association, normalien, professeur de lettres et musicologue.
  • Alain Beuve-Méry, journaliste au Monde.
  • Peter Mc Phee, historien de la révolution française, professeur à l'Université de Melbourne.
  • Isabelle Solal, éditrice (Hugo & Cie).
  • Agathe Colombier Hochberg, écrivain.
  • Pierre-Théo Gégauff, professeur d'histoire.
  • Ysabelle Lacamp, écrivain.
  • Pascal Le Vigoureux, directeur de société
  • Carine Sébastien, agrégée de lettres

vendredi 19 février 2016

2354. Thomas Lélu invité de Frédéric Taddeï dans le Social Club sur EUROPE 1

Écouter le podcast :

2353. Thomas Lélu invité d'Augustin Trapenard, dans le Boomerang sur FRANCE INTER

lundi 15 février 2016

2352. Les Tribulations d'Arthur Show de Thomas Lélu dans LE JOURNAL DU DIMANCHE par Ludovic Perrin

Tu t'es vu quand t'es lu ?

Le romancier Thomas Lélu livre une farce absurde sur le monde de l'art qu'il connaît bien pour le pratiquer au quotidien.

Beigbeder avait beaucoup ri en lisant son premier roman ; la chanteuse Jeanne Mas un peu moins. Le premier l'avait sélectionné pour le prix de Flore, la seconde lui avait intenté un procès pour détournement de légende. Dix ans après l'ovni Je m'appelle Jeanne Mass, narrant les aventures d'un videur de boîte de nuit embarqué dans une histoire de meurtre sans queue ni tête, Thomas Lélu renoue avec la veine burlesque qui a fait le succès de ses débuts en littérature. Cette fois, avec Les Tribulations d'Arthur Show (ed Léo Scheer), l'insolent créateur s'attaque au monde de l'art contemporain.

À l'heure où l'on s'interroge sur la nature des étrons qui colonisent l'espace public au prétexte de l'art, l'auteur du Manuel de la photo ratée ausculte, à travers l'Å“illeton d'un créateur pétomane mystérieusement surcoté, cet univers nébuleux qui a fini par comprendre que quitte à faire de la merde autant la vendre à prix d'or. Ce que fait avec brio le protagoniste de ce roman truffé de noms célèbres où de jeunes gens en vogue confondent Auschwitz avec le nom d'une station de ski…

Un clip pour Phillipe Katerine

Thomas Lélu sait de quoi il parle. Il est lui même artiste. Depuis une dizaine d'années, ce garçon formé aux Arts Déco redonne une forme drolatique à un milieu désertant sciemment le langage au profit du dieu euro. Dans le genre, on lui doit la toile LVMHOOQ qui, sur le modèle de Duchamp parodiant La Joconde, amusa suffisamment Claude Berri pour qu'il décide de l'acquérir ou le tee-shirt Je suis Thomas Lélu qu'arborait Julien Doré lors de son passage à la Nouvelle Star ou bien encore un clip pour le déjanté Philippe Katerine. Là, pour emballer le bébé, un autre artiste s'est invité dans la partie : le graphiste branché So Me a réalisé la couverture du livre. Et que la fête soit au royaume des Lélu.

Ludovic Perrin, le 14 févrirer 2016

mardi 9 février 2016

2351. Thomas Lélu au Silencio

Le Silencio et Les Éditions Léo Scheer vous invitent, le mardi 16 février à partir de 19h00, à rencontrer Thomas Lélu pour son roman "Les Tribulations d'Arthur Show" (Léo Scheer).

Merci par avance de confirmer votre présence: rsvp@silencio-club.com

SILENCIO 142, rue de Montmartre 75002 PARIS

jeudi 4 février 2016

2350. "Les Tribulations d'Arthur Show" de Thomas LELU dans GLAMOUR

Romans d'hiver et d'aujourd'hui - Une fantaisie plastique.

Thomas Lélu est un artiste protéiforme. En 2002, il a publié Manuel de la photo ratée parce que "c'est difficile de faire des photos ratées" et un roman qui s'appelle Je m'appelle Jeanne Mass qui ne parle pas de Jeanne Mas. Il a exposé puis sorti Jacques Daniel Nick Oussama qui traite d'Elvis Presley et de Claude François. Thomas Lélu pose aussi des tranches de kiwi sur une photo de Jack Nicholson et des bretzels sur des clichés de supermodels. Il poste le résultats Instagram et c'est très drôle.

Dans un nouvel opus truculent, il imagine Les tribulations d'Arthur Show, un artiste parisien qui aime le tarama, est une star grce à la sculpture d'une "Fille qui défèque", mais traverse une crise d'aérophagie et d'inspiration. Si on cherche bien, on y trouve une satire cruelle du milieu de l'art et même une réflexion sur les affres de la création. Et sinon, on découvre une farce au burlesque branché, déclinée au millième degré. Fous rires assurés.

GLAMOUR n 143 février

mercredi 3 février 2016

2349. Ce que j'appelle Jaune de Marie Simon par Nadine Dutier dans ENCRES VAGABONDES

Une femme attend un enfant. Mais pour que cet enfant trouve sa place, sa jeune maman doit se libérer de tout ce qui entrave sa vie ; des traumatismes de son enfance, des abandons successifs par ses compagnons, de la honte que lui renvoie le regard de la société. Et c'est l'enfant à naître, principal narrateur du roman, qui s'adresse à sa mère et l'aide à reprendre sa vie en main. Pendant ces mois de dialogue, elle va se souvenir pour mettre mieux à distance : « Faire le deuil d'être la fille de et la compagne de, pour être la mère de son fils. » Elle doit faire le deuil de sa mère inhumaine, de son père égoïste, de ses amants indifférents ou absents, du père de l'enfant qui la quitte à six mois de grossesse « on ne peut pas forcer un homme à être père ». « Les souvenirs dont elle se débarrasse remontent à la surface et l'enfant les attrape au vol. »

L'enfant à naître est aussi déterminé et fort que sa mère est indécise et fragile « comme faite de carton mouillé ». C'est donc lui qui va décider pour elle, lui qui va la consoler, la secouer, « je vais assurer l'intérim en attendant de la ranimer un peu ». C'est aussi un vengeur, un combatif : « je vais venir réparer les torts et remettre les compteurs à zéro » « de là où je suis, liquide, omniscient, déterminé, je savoure cette première victoire. Sous peu, je vais me pointer, et je serai le premier. Le héraut, le fils prodigue. J'entre et je reviens, heureux comme Ulysse. Je suis enfin chez moi. »

De là où il se trouve, l'enfant à naître contemple sa mère, celle qu'il a choisie, celle dont il connait déjà la douceur, les émotions. « D'elle, je connais tous les bruits… je connais ses silences aussi. Toutes les voix et les couleurs… elle seule a une voix et toute une panoplie de bruits… c'est ce qui nous distingue et qui m'aide à me repérer. Ça et le fait qu'elle chante. Parfois pour moi, souvent pour elle… ces sons viennent de nulle part et le plus souvent restent seuls avec moi. C'est dommage qu'elle ne puisse pas venir ici, je sais qu'elle adorerait cet endroit. » De là où il se trouve, il perçoit du monde des gots, des odeurs et des lumières, ce qui donne lieu à des passages très poétiques.

Le style est serré, dense, bouillonnant, parfois irrespirable à l'image de la canicule qui accompagne les derniers jours de cette dyade. La naissance sera un dédoublement ; « de jumeaux, ils seront bientôt fils et mère ». Ce sera aussi la renaissance de la mère. S'agit-il d'une métaphore de l'écriture, comme le verbe donne naissance à l'écrivain ? Au lecteur de juger.

Marie Simon, Ce que j'appelle jaune

Nadine Dutier, le 3 février 2016.

Archives Syndication
février 2017 (186)
janvier 2017 (253)
décembre 2016 (179)
octobre 2016 (205)
septembre 2016 (240)
août 2016 (211)
juillet 2016 (173)
juin 2016 (186)
mai 2016 (151)
avril 2016 (117)
mars 2016 (202)
février 2016 (186)
janvier 2016 (253)
décembre 2015 (179)
novembre 2015 (199)
octobre 2015 (205)
septembre 2015 (240)
août 2015 (211)
juillet 2015 (173)
juin 2015 (186)
mai 2015 (151)
avril 2015 (117)
mars 2015 (202)
février 2015 (186)
janvier 2015 (253)
décembre 2014 (179)
novembre 2014 (199)
octobre 2014 (205)
septembre 2014 (240)
août 2014 (211)
juillet 2014 (173)
juin 2014 (186)
mai 2014 (151)
avril 2014 (117)
mars 2014 (202)
février 2014 (186)
janvier 2014 (253)
décembre 2013 (179)
novembre 2013 (199)
octobre 2013 (205)
septembre 2013 (240)
août 2013 (211)
juillet 2013 (173)
juin 2013 (186)
mai 2013 (151)
avril 2013 (117)
mars 2013 (202)
février 2013 (186)
janvier 2013 (253)
décembre 2012 (179)
novembre 2012 (199)
octobre 2012 (205)
septembre 2012 (240)
août 2012 (211)
juillet 2012 (173)
juin 2012 (186)
mai 2012 (151)
avril 2012 (117)
mars 2012 (202)
février 2012 (186)
janvier 2012 (253)
décembre 2011 (179)
novembre 2011 (199)
octobre 2011 (205)
septembre 2011 (240)
août 2011 (211)
juillet 2011 (173)
juin 2011 (186)
mai 2011 (151)
avril 2011 (117)
mars 2011 (202)
février 2011 (186)
janvier 2011 (253)
décembre 2010 (179)
novembre 2010 (199)
octobre 2010 (205)
septembre 2010 (240)
août 2010 (211)
juillet 2010 (173)
juin 2010 (186)
mai 2010 (151)
avril 2010 (117)
mars 2010 (202)
février 2010 (186)
janvier 2010 (253)
décembre 2009 (179)
novembre 2009 (199)
octobre 2009 (205)
septembre 2009 (240)
août 2009 (211)
juillet 2009 (173)
juin 2009 (186)
mai 2009 (151)
avril 2009 (117)
mars 2009 (202)
février 2009 (186)
janvier 2009 (253)
décembre 2008 (179)
novembre 2008 (199)
octobre 2008 (205)
septembre 2008 (240)
août 2008 (211)
juillet 2008 (173)
juin 2008 (186)
mai 2008 (151)
avril 2008 (117)
mars 2008 (202)
février 2008 (186)
janvier 2008 (253)
décembre 2007 (179)
novembre 2007 (199)
octobre 2007 (205)
septembre 2007 (240)
août 2007 (211)
juillet 2007 (173)
juin 2007 (186)
fil rss
fil rss commentaires



Copyright
Top