Eric Zemmour consacre un véritable éloge, dans Le Figaro du 27 avril 2017, au nouveau livre de Richard Millet, Pour Bernard Menez.

«Et c'est ainsi que Bernard Menez est grand»

Richard Millet publie un éloge littéraire et brillant de l'acteur Bernard Menez. Le symbole d'une France provinciale qui se meurt.

Il n'est pas Depardieu. Il n'est pas Delon, ni Belmondo, ni Gabin. Il n'est pas de Funès ou Coluche non plus. Il n'est pas un monstre sacré et ne représente pas la France à l'étranger. Il est moins ou mieux: il est la France. «Une incarnation légère, et traditionnelle, de la France»: une France provinciale, désuète, charmante. En voie de disparition. Il fallait être Richard Millet pour exhumer Bernard Menez. Pour parler ainsi de l'acteur non pas disparu - il est bien vivant ! - mais oublié ; non pas oublié - il joue encore au théâtre et au cinéma - mais dédaigné ; non pas dédaigné - son talent d'acteur est reconnu - mais occulté, effacé. Comme la France qu'il incarne. Entre Millet et Menez, la rencontre était inévitable. Inéluctable. On s'étonne de..."

Pour lire l'intégralité de l'article, cliquez sur la revue de presse de Pour Bernard Menez.