« Errance et verticalité, morale aristocratique et profondeur, ou comment réinventer une attitude face au monde contempourien. Une aventure intérieure, en dent de scie, prend la forme d'un grand tumulte invisible qui l'amène (Romaric Sangars) à s'abandonner à Providence. Humilité et naïveté touchantes caractéristiques de ce jeune écrivain avide de sens. Sincère, il ne tombe pas dans l'extrémisme des nouveaux convertis, et nous lui en sommes gré. »

Pour lire l'article en entier cliquez-ici.