En une de son blog "L'Intervalle", Fabien Ribéry présente Sans le baroque, la musique serait une erreur de Thomas A. Ravier.

Ouïr sans entraves, le baroque par Thomas A. Ravier

« Parodiant la célèbre phrase de Nietzsche, tirée du Crépuscule des idoles (1888), « Sans la musique, la vie serait une erreur, une besogne éreintante, un exil », son dernier opus est un éloge de la transgression, de l’ivresse dionysiaque, de la liberté mise en notes et voix, Sans le baroque, la musique serait une erreur. Il est devenu bien difficile de suivre Marc-Edouard Nabe, alors que Stéphane Zagdanski s’est tourné essentiellement vers la peinture. Heureusement pour nous, l’auteur du Scandale McEnroe (Gallimard, 2006) n’a pas fait pirouetter son instrument au point de l’envoyer dinguer, et son dernier feu de joie est d’une musique rageuse qui ravit les oreilles. (…) De Cecila Bartoli à Joey Starr (« génie rugueux des volumes en rut »), du baroque au rap, rien de plus naturel selon le Ravier bien tempéré, lorsque l’on partage le goût pour la danse (naître d’abord dans le hip-hop), le travail de l’ornementation, la sensation d’un flux de langage continu (le flow), l’obsession de la diction, le corps théâtral. »

Pour lire l'article en entier cliquez-ici.