L'Ivraie de Bruno Lafourcade : professeur au bord de la crise de nerfs par Christian Authier dans Le Figaro Littéraire.

« A travers ce personnage qui tient autant du Ignatius J. Reilly de La Conjuration des imbéciles que de Bardamu, Bruno Lafourcade peint avec force une société gagnée par l'acculturation, le complotisme, l'irrationnel. Sa description du nouvel humain - "vide, hagard, pianoteur" - façonné par les écrans vise en plein centre et l'écrivain rejoint Philippe Muray (cité dans l'épilogue) quand il évoque "le sentiment de vivre dans un canular géant, un monde absurde et surtout inversé, où le vrai était si ahurissant que le parodique devenait plausible." »

Pour lire l'article en entier cliquez-ici.