Dans L'Obs, Jacques Medina présente le nouvel essai de Thomas A. Ravier Sans le baroque, la musique serait une erreur.

« Dès la première page, avec "les frémissements contondants du premier violon" et "la chair passementée du temps", on comprend que ce pamphlet pour la musique baroque contre la romantique, qui a "rompu avec la nature", serait métaphorique en diable. Il tient sa promesse. ça vient comme ça vient, sans plan ni dessein, mais l'enthousiasme leur en tient lieu. Comme son maître, Marc-Edouard Nabe, dont le discernement n'est pas la première vertu, Ravier est excellent dans l'exaltation, décevant dans le sarcasme, surprenant dans les rapprochements (Monk/Bossuet), amusant dans les jeux de mots : "Ouïr sans entraves" ... »

Pour lire l'article en entier cliquez-ici.