« Un mélange de Lolita Pille, de Kierkegaard et de Stupeflip (mettez le tout dans un shaker, secouez et servez chaud). »

Marc Eynaud dresse le portrait d'Alexandra Dezzi et de son entrée en littérature avec son premier roman Silence, radieux.

Alexandra Dezzi : Obscure Clarté

« L'absurde qui "naît de cette confrontation entre l'appel humain et le silence déraisonnable du monde" disait le maître Albert Camus qu'Alexandra se plaît à citer. Et c'est ce silence qu'elle a décrit dans Silence, radieux. Celui d'une jeune comédienne éprise d'un certain Emmanuel qui ne lui rend pas ses sentiments. Un Emmanuel distant, incapable de répondre à la soif qui dévore celle qui le cherche. Cette quête de soi sera émaillée d'érotisme, de désabusèrent et de spiritualité. »

Pour lire l'article en entier cliquez-ici.