Dans le numéro de janvier de Eléments, Michel Marmin consacre une chronique au premier roman de Bruno Gay, No Zone.

No Zone : après la catastrophe atomique

« Avec No Zone de Bruno Gay, nous voici dans un registre littéraire plus poétique et philosophique que strictement narratif, et l'on songera plus souvent à Julien Gracq, à Dino Buzzati ou à Ernst Jünger qu'à la science-fiction américaine. (...) Laissons au lecteur le soin et le plaisir d'en savoir plus, d'autant que ce court récit est aussi palpitant, et aussi serré qu'un film comme La 317° section : pas le temps de reprendre son souffle ! »

Pour lire l'article en entier cliquez-ici.