Cette semaine, David Dana publie sur Gonzaï son entretien avec Loïc Hecht à l'occasion de la parution de son premier roman.

Le Syndrome de Palo Alto : récit d'un monde numérique à la dérive

« En tant que primo-romancier, je débarque aussi dans un univers dont je ne connais rien, avec l’espoir que ce roman, parce qu’il décortique le rapport ambigu de ma génération à la technologie, avec un rythme volontairement enlevé, et une certaine dose d’action, saura toucher un public certes scotché aux réseaux sociaux et aux séries, mais qui démontre aussi un intérêt pour ce que permet la lecture, à savoir un rapport plus intime à une œuvre, à la psychologie des personnages, et donc à soi, in fine, en cela que c’est un matériau qui donne le temps pour s’arrêter et réfléchir à la folie de ce monde. Bref, j’ai écrit le bouquin que j’avais envie de le lire. (...)

Quelque part, dans son côté geek, entrepreneur, un peu maladroit et à la dérive dans sa vie, le personnage de Marc Klein, seul Français dans mon livre, a peut-être un truc un peu houellebecquien au départ. Mais ce qui m’intéressait surtout, c’était de noter que la tech a rendu caduque la théorie de Houellebecq dans Les Particules élémentaires. Les sites et applications de rencontres ont totalement démocratisé l’accès à ce supermarché libéral du sexe que Houellebecq considérait verrouillé. »

Pour lire l'article en entier cliquez-ici.