Accueil
Actualité
Catalogue
A paraître
Blog des ELS La Revue Littéraire



vendredi 22 janvier 2010

1230. Sacha Ramos par Anne-Françoise Kavauvea

L'article que je reproduis ci-dessous est paru sur le site De seuil en seuil. Vous pouvez lire une nouvelle de Sacha Ramos ici, et en savoir plus sur le roman .

"Point de pasteur et un seul troupeau ! Tous veulent la même chose. Tous sont égaux : qui pense autrement va de son plein gré à l'asile de fous." (Nietzsche, Généalogie de la morale)

Fuir pour mieux se retrouver. Ecrire pour échapper à la folie. Le narrateur du Complot des apparences, Igor Ramirez, se sent happé au-delà des limites de l'acceptable. Après un coup de colère suscité par le caprice d'une petite fille, mais surtout par la bêtise stéréotypée de la réaction (ou de l'inertie) de ses parents, cédant à un mouvement irraisonné et déraisonnable, il quitte Rome, et surtout son fils, pour Barcelone, sa ville natale. Un retour à la source de son existence pourrait-il le sauver de lui-même ?
Ce roman à l'écriture dense, limpide, jouant de l'inattendu, de l'émotion qui s'insinue au détour de la farce, nous associe à cette tentative désespérée. Igor Ramirez ' double de l'auteur ? ' commence par s'enfermer avec lui-même, se forgeant les barreaux de la cellule d'Edmond Dantès auquel il s'identifie un moment, préparant contre le monde une vengeance éclatante. La sortie de cette chambre d'hôtel le conduit à une nouvelle prison : un logement minuscule, une grotte humide et sombre, situé dans l'entresol d'un immeuble proche du lieu où il a grandi. On espère ici une salutaire plongée dans le souvenir. Or, chez Sacha Ramos, c'est l'inattendu qui commande. Tout dans cette ?uvre tente de déjouer chaque topos, chaque lieu commun, que ce soit dans la vision du monde qu'il transmet ou dans la manière subtile dont il détourne les clichés linguistiques.

Lire la suite

jeudi 14 janvier 2010

1223. Silure & Sidération. Entretien avec Emmanuel Tugny

Retour en force de l'auteur de Mademoiselle de Biche, avec deux livres en trois mois, un roman, Le Silure, en librairie depuis une semaine, et un essai, ou plutôt un hybride d'essai, de traité philosophique, de conte, d'apologue, Sidération ! (début mars). Activité foisonnante, chargée comme une langue (vous comprendrez), qui nous a valu cette conversation pour moi passionnante sur la quête orphique, l'amour, la matière, l'être, l'étant, l'inutile (« Ce qui est digne de la condition d'homme, c'est le sentiment profond qu'il y a lieu que quelque chose d'inutile soit »), Dieu (qui est au bout de « l'immersion dans ce silence absolu que par souci asymptotique nous appelons l'ordre des choses »), et deux ou trois autres sujets.

vendredi 8 janvier 2010

1216. Sacha Ramos par Jacques de Guillebon

En quête d'un monde

par Jacques de Guillebon

La Nef n°211, janvier 2010

Ils sont trois. Ce ne sont donc pas les mousquetaires, ni les hussards qui comme chacun sait étaient quatre. Il faudra bien leur trouver un nom à ces trois lascars-là, mais pas de doute que le temps s'en chargera. Ils s'appellent Olivier Maulin, Pierre Chalmin et Sacha Ramos. Ils sont écrivains, nouvellistes et romanciers, ils ont à la louche entre 35 et 40 ans et surtout leur plume les révèle comme les protagonistes majeurs d'une nouvelle génération. On ne parlera pas d'une école, traître mot auquel aucune réalité jamais ne correspond, et d'ailleurs pour autant que nous sachions, ils ne se connaissent pas. Pourtant, ils ont la même ironie devant ce monde croulant, la même jovialité mélancolique dans le style, des dilections comparables pour le bon vin, la littérature déchirante et les jolies femmes qui permettent de les rassembler le temps d'un article. Mais ce ne sont pas tant leurs goûts qui les distinguent ' après tout, nombreux sont les êtres humains dignes de ce nom qui peuvent encore les partager ' que le talent inouï que les muses leur ont réparti pour, sinon leur donner un sens, animer ces goûts et en tirer une mouture délectable.

Lire la suite

mercredi 6 janvier 2010

1214. Entretien avec Sacha Ramos

Je me permets une brève incursion hors de mon territoire, pour vous présenter cette conversation avec Sacha Ramos, dont le premier roman, Le Complot des apparences, est depuis ce matin en librairie. Il est absolument inutile de vous recommander de vous précipiter sur lui ; je me contenterai de dire que j'aimerais être à la place de ceux qui s'apprêtent à le découvrir. De toute façon, j'y reviendrai : on ne se lasse pas de chanter les louanges d'une si belle révélation.

Archives Syndication
août 2010 (235)
avril 2010 (122)
mars 2010 (211)
février 2010 (196)
janvier 2010 (273)
décembre 2009 (183)
novembre 2009 (210)
octobre 2009 (221)
septembre 2009 (271)
juillet 2009 (177)
juin 2009 (192)
mai 2009 (163)
avril 2009 (122)
mars 2009 (211)
février 2009 (196)
janvier 2009 (273)
décembre 2008 (183)
novembre 2008 (210)
octobre 2008 (221)
septembre 2008 (271)
août 2008 (235)
juillet 2008 (177)
juin 2008 (192)
mars 2008 (211)
février 2008 (196)
janvier 2008 (273)
décembre 2007 (183)
octobre 2007 (221)
août 2007 (235)
juillet 2007 (177)
fil rss
fil rss commentaires



Copyright
Top