Le Complot des apparences

par Matthieu Falcone

« Tout a commencé il y a un peu plus d'un mois, à Rome, avec une cafetière. L'objet siégeait au centre de la table. Autour de la table, quatre chaises, sur les chaises, un avocat épris de philosophie, un jeune couple d'artistes en vue qui exposaient des serpillières mouillées et des tartes aux pommes tachées de sang (du vrai sang) sur les murs blancs d'une fameuse biennale, et moi, Igor Ramirez, auteur mal connu d'une élégie à la mémoire de Rantanplan (le chien le plus spirituel de l'Ouest). »
Voici pour le ton du premier roman de Sacha Ramos, et pour la relative absurdité des situations dans lesquelles le narrateur va s'engouffrer.

Lire la suite