Accueil
Actualité
Catalogue
A paraître
Blog des ELS La Revue Littéraire
TV6



jeudi 26 février 2015

2252. Hommage de l'auteur absent de Paris de Emmanuelle Allibert par Jean Birnbaum dans son édito du MONDE DES LIVRES

PRIÈRE D'INSÉRER : Quand l'attachée (de presse) se libère.

Au coeur du monde littéraire se tient l'attachée de presse (on dit « attachée » car la fonction est presque toujours occupée par une femme).

Quand un livre n'a aucun écho, c'est sa faute. Quand il a du succès, elle n'y est pour rien. C'est ainsi. Il lui faut une solide cuirasse pour affronter les feux croisés du trio formé par le journaliste, l'éditeur et l'auteur (pour le coup, on dit le, le,le). Parce que sa situation est centrale, l'attachée de presse en sait long. Parce que saposition est fragile, elle ose rarement parler.

C'est dommage, comme en témoignele livre qu'Emmanuelle Allibert, des éditions JC Lattès, publie sous le titre Hommage de l'auteur, absent de Paris (Léo Scheer, 216 p., 18 €). D'une écriture hilarante, tendrement vacharde, ce livre exhibe les failles narcissiques qui font la profondeur et la précarité de notre vie littéraire. Pour ce faire, quel meilleur regard que celui de l'attachée de presse ?

Durant toute la période de promotion du livre, c'est à elle qu'il revient de supporter l'auteur, et pas seulement, hélas, au sens franglais du terme. A déjeuner, d'abord, puisque, telle une nounou, elle assure tous ses repas pendant la promotion : c'est le moment où l'auteur lui glisse que, ayant des copains dans la presse, il peut fort bien se passer d'elle. Le lendemain matin, lorsqu'il dédicace des exemplaires pour les journalistes, elle tient le rôle de l'institutrice et répond à ses questions : « Cordialement, un seul “m” ou deux ? Depuis quand on ne dit plus Antenne 2 ? »…

Tard le soir, quand elle le chaperonne à la télé : « Il bafouille et il commet la grande erreur du débutant : il s'étonne que le présentateur n'ait pas lu son livre. » Au beau milieu de la nuit, quand il envoie des textos rageurs dans lesquels il fantasme mille complots ourdis contre son triomphe planétaire.

Tout le reste de l'année, enfin, quand l'auteur, maintenant désoeuvré, débarque sans prévenir : « De toute façon, que pouvait elle bien faire, à part l'attendre ? » Je ne connais pas Emmanuelle Allibert. Je n'ai même jamais déjeuné avec elle. C'est donc en toute indépendance, et dans un pur élan d'enthousiasme pour la littérature, que je veux saluer la naissance d'une auteure pleine de talent. Et transmettre mes pensées solidaires à son attachée de presse."

Jean Birnbaum, le 26 février 2015

jeudi 19 février 2015

2251. Le Journal de Richard Millet dans La Revue Littéraire par Thierry Clermont pour le FIGARO LITTERAIRE

« On en parle » : Richard Millet : le journal d'un franc-tireur

La Revue Littéraire vient d'entamer la publication du journal de Richard Millet qu'il tient depuis l'ge de dix-huit ans.

Voilà plus de quarante ans, depuis l'ge de dix-huit ans, que Richard Millet tient son journal sous forme de carnets. Les premières années, de 1971 à 1975, viennent d'être publiées dans la livraison de février-mars de La Revue Littéraire de Léo Scheer, dont l'auteur de La Voix d'Alto prendra les commandes en avril.

Comme il le dit dans sa présentation, il s'agit de « carnets des apprentissages », lesquels passent par « la guerre, la sexualité, la ruralité, la solitude, la maladie, le catholicisme, la littérature, la distance avec un monde que l'écriture m'a appris à aborder de biais, en franc-tireur ». Il y parle de ses amours, de ses lectures (Scève, Nietzsche, Blanchot…), de musique, s'interroge (« Quelle est ma blessure originelle ? L'écriture m'y mènera-t'-elle ? »).

On le suit dans ses premiers pas d'écrivain, sous la bienveillance de Pascal Quignard à qui il envoie ses premiers textes. La suite de son journal sera publiée régulièrement dans La Revue Littéraire.

Thierry Clermont, le jeudi 19 février 2015

mercredi 18 février 2015

2250. La Revue Littéraire N° 56 : la chronique de Thomas Clerc dans le RENDEZ-VOUS de Laurent Goumarre sur France Culture

Thomas Clerc du 10e arrondissement.

Écouter l'émission

samedi 14 février 2015

2249. La Revue Littéraire N° 56. (Février-Mars = 10 €) Nouvelle livraison en librairie le Mercredi 18 février 2015

Lire la suite

mardi 10 février 2015

2248. Emmanuelle Allibert dans Vous m'en direz des nouvelles ! de Jean-François Cadet sur RFI - 6 février 2015

Écouter l'émission

mercredi 4 février 2015

2247. "Hommage de l'auteur absent de Paris" d'Emmanuelle Allibert dans LE PARISIEN

Dans Le Parisien du 1er février 2015, Pierre Vavasseur réunit deux ouvrages sous la bannière "Deux livres, histoire de sourire un peu", dont l'Hommage de l'auteur absent de Paris d'Emmanuelle Allibert:

Irrésistible « Hommage de l'auteur »

Dans la vie, Emmanuelle Allibert est attachée de presse en littérature. Son univers est un triangle aux pointes acérées. D'un côté, les romanciers, boules d'ego qui ne tournent elles-mêmes pas très rond. D'un autre, les journalistes qu'il faut convaincre de lire. Autant dresser un troupeau de gnous. Et, pour chapeauter le tout, l'éditeur-employeur, dont le vocabulaire se révèle soudain particulièrement pauvre. « Alors, ces retombées ? »

Sur cette trame de tragicomédie, notre masochiste patentée a écrit une comédie beaucoup moins pointue qu'il n'y paraît. Car nous avons tous dans notre entourage un(e) candidat(e) à la publication. Il faut illico presto leur offrir ce livre. Tout y est : la mécanique, la trajectoire, les salons du livre, les manies de l'Auteur (toujours désigné avec une majuscule), les (faux) espoirs, les stratégies bancales, la tentation du plagiat, le service de presse, les rafales de mails, les adaptations au cinéma qui s'achèvent en massacre à la tronçonneuse…

Emmanuelle Allibert est par ailleurs pianiste de variété. C'est dire si elle connaît parfaitement ce bal des faux semblants et sa musique désaccordée. Tout cela est écrit avec une verve réjouissante et irrésistible. C'est Lubitsch et les Marx Brothers réunis. Quel Auteur !

Archives Syndication
juin 2017 (187)
mai 2017 (155)
février 2017 (186)
janvier 2017 (253)
décembre 2016 (179)
octobre 2016 (205)
septembre 2016 (240)
août 2016 (211)
juillet 2016 (173)
juin 2016 (187)
mai 2016 (155)
avril 2016 (117)
mars 2016 (202)
février 2016 (186)
janvier 2016 (253)
décembre 2015 (179)
novembre 2015 (199)
octobre 2015 (205)
septembre 2015 (240)
août 2015 (211)
juillet 2015 (173)
juin 2015 (187)
mai 2015 (155)
avril 2015 (117)
mars 2015 (202)
février 2015 (186)
janvier 2015 (253)
décembre 2014 (179)
novembre 2014 (199)
octobre 2014 (205)
septembre 2014 (240)
août 2014 (211)
juillet 2014 (173)
juin 2014 (187)
mai 2014 (155)
avril 2014 (117)
mars 2014 (202)
février 2014 (186)
janvier 2014 (253)
décembre 2013 (179)
novembre 2013 (199)
octobre 2013 (205)
septembre 2013 (240)
août 2013 (211)
juillet 2013 (173)
juin 2013 (187)
mai 2013 (155)
avril 2013 (117)
mars 2013 (202)
février 2013 (186)
janvier 2013 (253)
décembre 2012 (179)
novembre 2012 (199)
octobre 2012 (205)
septembre 2012 (240)
août 2012 (211)
juillet 2012 (173)
juin 2012 (187)
mai 2012 (155)
avril 2012 (117)
mars 2012 (202)
février 2012 (186)
janvier 2012 (253)
décembre 2011 (179)
novembre 2011 (199)
octobre 2011 (205)
septembre 2011 (240)
août 2011 (211)
juillet 2011 (173)
juin 2011 (187)
mai 2011 (155)
avril 2011 (117)
mars 2011 (202)
février 2011 (186)
janvier 2011 (253)
décembre 2010 (179)
novembre 2010 (199)
octobre 2010 (205)
septembre 2010 (240)
août 2010 (211)
juillet 2010 (173)
juin 2010 (187)
mai 2010 (155)
avril 2010 (117)
mars 2010 (202)
février 2010 (186)
janvier 2010 (253)
décembre 2009 (179)
novembre 2009 (199)
octobre 2009 (205)
septembre 2009 (240)
août 2009 (211)
juillet 2009 (173)
juin 2009 (187)
mai 2009 (155)
avril 2009 (117)
mars 2009 (202)
février 2009 (186)
janvier 2009 (253)
décembre 2008 (179)
novembre 2008 (199)
octobre 2008 (205)
août 2008 (211)
juillet 2008 (173)
juin 2008 (187)
mai 2008 (155)
avril 2008 (117)
mars 2008 (202)
février 2008 (186)
janvier 2008 (253)
décembre 2007 (179)
novembre 2007 (199)
fil rss
fil rss commentaires



Copyright
Top