Accueil
Actualité
L'équipe des E.L.S.
Catalogue
A paraître
Blog des ELS
La Revue Littéraire

recherche
Jacques Decour, l’oublié des lettres françaises Jacques Decour, l’oublié des lettres françaises
Jacques Decour



parution 26/11/2002
384 pages
26 euros
isbn 2-844900-99-2
EAN 9782844900999
code article : F67291
14 x 19 cm
      %##1@




Lorsqu’il meurt le 30 mai 1942, fusillé par les nazis au Mont-Valérien, Jacques Decour n’a que trente-deux ans. Né Daniel Decourdemanche, cet enfant des beaux quartiers était destiné à la haute finance, mais il abandonne très vite des études de droits imposées par son père, leur préférant la littérature, en particulier les lettres allemandes. Cet amour pour la culture et la langue d’outre-Rhin ne va plus le quitter.
À vingt ans, il se lie d’amitié avec Jean Paulhan qui publie son premier roman, Le Sage et le Caporal (1930), puis Philisterburg (1932), journal de voyage en Allemagne qui dénonce avec une rare précocité la montée du nazisme, enfin Les Pères (l936), très beau " roman d’apprentissage ". Il donne aussi des chroniques à la Nouvelle Revue française. Jeune professeur d’allemand, il s’engage pendant le Front populaire dans le militantisme communiste, créant une Maison de la culture et un Ciné-Club à Tours. Quand la guerre survient, il enseigne à Paris où il dirige la revue Commune. Premiers mois de l’Occupation : Decour accuse le coup, mais ne se résigne pas. Très vite, il s’engage dans la Résistance intellectuelle, créant coup sur coup, avec le philosophe Georges Politzer et le physicien Jacques Solomon, les revues L’Université libre et La Pensée libre. Il y livre un combat sans merci contre l’esprit de Collaboration, mais aussi un combat acharné pour l’humanisme contre l’obscurantisme. C’est alors que germe en lui l’idée des Lettres françaises, revue qu’il fonde en 1942 avec Jean Paulhan. Les Lettres françaises, qu’il n’aura pas le temps de voir paraître, vont être, comme le rappelle Vercors, dans un hommage repris au début de ce livre, le vrai point de départ de la Résistance intellectuelle : " sans lui il n’y aurait eu ni Editions de Minuit ni même Silence de la mer. " Le temps lui a malheureusement réservé un injuste oubli, que la biographie de Pierre Favre entend bien réparer...

Copyright
Top