Accueil
Actualité
L'équipe des E.L.S.
Catalogue
A paraître
Blog des ELS
La Revue Littéraire

recherche
Le Sex appeal de l’inorganique Le Sex appeal de l’inorganique
Mario Perniola



parution 26 septembre 2003
240 pages
20 Euros
isbn 2-915280-00-2
EAN 9782915280005
      %##1@




Le Sex appeal de l’inorganique est certainement l’un des livres les plus originaux qui se puissent imaginer. Non pas seulement parce que, quoique étant un livre de philosophie, il ne respecte guère les règles de l’académisme philosophique ; mais également parce qu’il se propose rien moins que de démontrer qu’il est possible de créer, par la pensée et par l’action, un autre rapport érotique. Par la pensée, en effet, dont découlera l’action.

Mario Perniola, dont les études sur l’esthétique font autorité en Italie, propose de prendre modèle sur la jouissance spéculative ou théorique (on l’oublie trop souvent en effet : penser est un plaisir), laquelle construit, élabore, cherche mais ne conclut pas, pour constituer le modèle d’une jouissance érotique qui, pareillement, construit, élabore, cherche, mais ne conclut pas davantage.

En d’autres termes, une jouissance érotique qui cesse de prendre l’orgasme comme finalité, et maintient la tension sexuelle à son degré d’intensité le plus grand. Si le penseur est chose pensante, le baiseur doit être chose sentante. « Chose » en effet et Perniola y insiste longuement, parce que seule la neutralité de la chose est susceptible de s’accorder en tout à tous comme choses eux-mêmes. Les développements de Mario Perniola font alterner les registres, dans une traduction remarquable de Catherine Siné.

Un tel livre pourrait sans mal constituer, pour tous ceux qui le liront, une nouvelle bible sexuelle, un peu comme Wilhelm Reich il y a cinquante ans avec La Fonction de l’orgasme. Il Sex appeal dell’inorganico a d’ailleurs connu un succès immédiat en Italie, où il s’en est vendu 10 000 exemplaires, ce qui en fait une sorte de best-seller philosophique atypique. Il a été également traduit dans une dizaine de langues, la France ne venant, comme souvent, qu’en dernier.


Copyright
Top